Rate this post

Plus de 95% des Cambodgiens appartiennent au Bouddhisme Theravada. Ils en ont fait la religion d’État, prenant alors une place importante. Pour preuve, le terme « religion » figure au second rang dans la devise du Royaume du Cambodge actuel : Nation – Religion – Roi. Cette majorité bouddhiste coexiste dans la paix avec une petite Communauté Musulmane, essentiellement implantée parmi l’ethnie Cham, et une minorité chrétienne. Il n’y a pas de trace de persécution religieuse, la constitution du Cambodge prônant d’ailleurs la liberté de culte. Il existe aussi des minorités montagnardes appelées Khmers Loeu. Ces dernières ont conservé l’animisme, qui était en vigueur dans toute la région avant l’apparition de l’hindouisme. Ayez plus de détails sur les religions au Cambodge :

Le Bouddhisme Theravada

Le Bouddhisme Theravada a toujours été la Religion d’État. Il a été réintroduit sur le territoire khmer après que des apports nouveaux ont été apportés à l’hindouisme, au XIIIe siècle, à la suite des invasions thaïes. En effet, il parait que les deux religions y ont déjà coexisté auparavant, vers le VIe siècle. Et bien avant, le çivaïsme et le vishnouisme, parmi les branches dominantes de l’hindouisme, avaient des adeptes dans la famille royale. Les souverains de l’empire l’ont peu à peu adopté. Cette religion prône la réincarnation dans une autre vie sans douleur grâce aux prières et aux offrandes. Depuis la chute de Pol Pot, les moines ont refait leur apparition après des années de silence. De plus en plus de jeunes s’étaient convertis, pour quelques jours, quelques mois ou pour toute une vie entière. Contrairement aux bonzes, ces derniers travaillaient.

L’animisme et le brahmanisme ont été intégrés harmonieusement au bouddhisme theravada, puisque les cambodgiens n’ont pas jeté leurs anciennes croyances même avec l’essor de cette dernière. Leur religion diffère donc des autres formes de bouddhisme par ces rituels et croyances qui lui sont propres.

L’animisme

Les cambodgiens ont gardé un peu de cette croyance. Ils croient aux génies et esprits, bons ou mauvais, protecteurs ou destructeurs. Ils croient également à la réincarnation et aux âmes, présents dans tout être, vivant ou non. D’où la présence d’autel à offrande dans la maison ou dans un lieu à part, et la pratique de plusieurs rituels pour demander grâce aux génies et aux bons esprits et au contraire faire fui les mauvais esprits. Selon toujours cette coutume, il est d’usage de changer le nom d’un malade pour tromper les esprits, sans faire appel à un médecin. Sinon, les cambodgiens appellent un kru ou gourou qui est le plus compétent dans ce domaine. L’animisme possède des jointures étroites avec le bouddhisme, entrainant une grande spiritualité des cambodgiens, leur permettant de mieux faire face aux obstacles et à se résigner à leur sort.

En même temps, la superstition est très courante au Cambodge. Elle s’applique à la vie quotidienne du peuple et dans divers événements, comme la construction de maison, la grossesse, et même dans les faits les plus banales comme de passer sous une corde à linge.

Savoir-vivre

Parmi les coutumes et savoir-vivre liés au bouddhisme, à l’animisme et aux superstitions, la politesse est vivement conseillée ; il faut toujours précéder le nom d’une personne par monsieur ou madame, éviter de pointer quelqu’un du doigt, éviter de poser la main sur la tête d’une personne. Pour le Bouddha dans les temples, il faut toujours le contourner par la gauche, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, lui faire face en s’asseyant et ne pas pointer les pieds dans sa direction. Un habillement décent dans les temples comme dans la rue est requis, cachant le dos et les genoux. Et comme partout en Asie, il faut toujours rester calme pendant une discussion, en évitant en même temps de contredire l’interlocuteur même si ce dernier se trompe sur quelque chose.

Au cou des enfants peut être suspendue une clé à l’aide d’un cordon, empêchant ainsi le roi de l’enfer qui n’a pas la clé d’entrer dans leur corps. Sinon, on y suspend un bouddha. Dans ce cas, il est impératif de le cacher dans la bouche en allant aux toilettes au risque de lui faire perdre son effet protecteur.

Facebook Comments

comments